Jean-Baptiste Rieu

Ingénieur logiciel, passé du litteraire au scientifique. Toujours curieux, passionné d'IHM, de visualisation et d'experience utilisateur. Chercheur en méthodes pour développer la créativité. Amoureux de la Corée, pays de mon épouse. Diplômé de l'Institut de Formation d'Ingénieur de Paris-Sud XI (IFIPS).

Petit article rapide pour tenter d’éliminer une idée reçue.
Très souvent les gens sont étonnés quand on leur annonce qu’on doit renouveler le titre de séjour de mon épouse tous les 9 mois (valable 12 mois mais à faire 3 mois avant expiration).

Beaucoup pensent qu’au moment du mariage avec un ou une étranger celui-ci acquière immédiatement la nationalité. C’est faux.

En réalité il ou elle peut ne jamais devenir français.
Cela dépend de plusieurs critères dont :

  1. l’envie de devenir français
  2. le droit de le faire
  3. les contraintes sur la nationalité d’origine

Les situations peuvent être différentes :

  1. On peut vivre en France sans vouloir devenir français.
  2. On peut vouloir devenir français mais ne pas être marié depuis assez de temps pour le demander.
  3. On peut devenir français mais être obligé de perdre sa nationalité d’origine (le cas de mon épouse avec la loi coréenne si elle souhaite la nationalité française)

En revanche un conjoint de français peut séjourner et travailler en France. Mais ce n’est pas automatique : il faut en demander le droit. Même après s’être marié.

Dans les 3 premières années de mariage l’étranger ne peut obtenir qu’un titre de séjour d’un an. A renouveler au bout de 9 mois (la procédure prend 3 mois avec 3 rendez-vous)

Après 3 ans de mariage l’étranger peut demander un titre de résident (carte de séjour valable 10 ans puis à renouveler en “permanent”).
Mais l’obtention n’est pas obligatoire. On peut passer toute sa vie en France en allant 3 fois par an à la préfecture (présence du conjoint obligatoire pour le 2ème rendez-vous).

Le motif de refus n’est pas donné.

Dernier point : ce n’est pas gratuit. 100€ par an pour rester en France légalement (coût du titre de séjour un an)

En espérant éclairer certains et débusquer un mythe tenace.

Une des sources : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/N110.xhtml

A friend of mine contacted me from the Silicon Valley.

He is working on an old/new way to get answers from the interweb : humans.

We all know Google, Naver Q&A and Yahoo! Q&A. But this is an experience you need to try.

I was busy and not very reactive to his requests to try it. But it’s interesting. Just a beginning. But with huge implications.

The App is simply called “Questions – Ask and Answer“.

How it works

  • Ask a question : you record a short video asking something, give it a one work name and wait for answers
  • Answer a question : choose a title or a thumbnail that catched your attention and record a short video of you answering
  • For example : I asked “What is the best month to visit California?” and someone answered within 3 hours.

photo 5

 

What I like

  • Easy and very well adapted to a mobile experience. Would not imagined use this on desktop.
  • Nice to see the face of the people answering your. You can extract more information from facial expression than any textual response.
  • Fast answers
  • Lots of questions to answer
  • Quality of answers may vary but you can ask questions you would not think of trying to fit on Google keywords.
  • photo 2

What could be improved

  • Sometimes you don’t want to show your face, that’s one of the success of the Internet.
  • Level of questions and short time to answer makes it hard to see any profound answers or debates
  • Even for factual questions, it’s always faster to type on a search engine
  • UX and design is not perfect for the moment (dark theme), making the experience more awkward than necessary
  • Not a lot of users for the moment and no way to filter questions really.

 

They are just starting. But give it a try and tell me what you think.

There are a lot of interesting User Experience challenges here.

 

Voici le nouveau jeu de la pré-rentrée : trouver des idées pour la France du future.

Je me prête à l’exercice, cela-dit, avec moins de talent qu’Elon Musk.

Aucune de ces idées n’est déposées à l’INPI, vous pouvez y aller. Je ne vous ferais pas signer un NDA pour avoir le droit de lire cet article. En fait la plupart ne sont pas de moi.

D’ailleurs elles sont très faciles à trouver ces idées : il suffit de regarder nos ex-champions mourir. La cause de leurs maladie étant souvent le point de départ d’une nouvelle pousse.

Voici donc 9 marchés/idées pour relancer des secteurs en perdition.

 1. [Electroménager/SAV] La confiance perdue

Je ne pourrais jamais faire mieux que cet article de Laurent Chemla sur Darty.

Pour résumer : “chers vendeurs, on ne vous demande pas encore d’avoir un lave-vaisselle Wifi qui sait prévenir le SAV pour nous, mais faîtes au moins un effort quand on vous appelle ! C’est à cause de ça et des vendeurs glissant comme du savon lorsqu’on les cherche que vos magasins se vident.”

Quitte à avoir un service minimum ou inhumain, autant commander chez soi non ? Et quitte à commander chez soi, autant prendre le moins cher non ? D’où une fausse guerre des prix. Qui est en fait une absence de service.

Quant aux appareils connectés, il ne faut pas non plus tarder. Ils existent déjà chez mes amis…en Corée.

Il y a de la place pour une startup qui saura nous vendre de l’électroménager et son diagnostic à distance en cas de panne. Les gens veulent moins posséder que bénéficier du service que rendent ces objets.

Je vous échange mon lave-vaisselle contre un autre quand vous voulez, rien à faire de l’objet en lui même. D’où une belle opportunité pour la location également.

2. [Culture/Détail] Après Virgin, la Fnac ?

Tant qu’on parle d’électroménager, parlons un peu de la Fnac. Virgin a fermé, la Fnac a racheté son fichier client. Beau mouvement. Mais ce serait plutôt celui d’Amazon qu’il faudrait prendre. Ou pas.

Pourquoi ne pas réinventer la raison même de la création de la Fnac : offrir la culture pour tous. A ce propos je vous conseille de lire la proposition de mon ami Olivier.

Je ne sais même pas quel rayon va le plus subsister entre celui des aspirateurs et des DVD. Triste pour un magasin ou je passais toutes les semaines avant d’avoir le haut-débit. Et ne dites pas (trop) que c’est la faute des pirates, ou même des ex-clients.

Quelle différence entre Carrefour et la Fnac ? A côté du rayon ordinateur on trouve les livres et les DVD. Sauf que je n’ai personne à qui demander un conseil culturel chez Carrefour. Alors jouez là dessus, par sur Dyson.

Il suffit de compter le nombre de personnes de tous âges assis par terre en train de finir une BD à la Fnac pour se rendre compte qu’il y a un marché autre que celui de la possession. Attention hein, faut voir plus grand que France Loisir quand même.

3. [Livraison] Pourtant elle fait des efforts la Poste

Autre transition facile : il faut bien se les faire livrer nos objets qu’on commande sur le Net. Sauf que je ne sais pas pour vous, mais moi le facteur il ne monte pas. Bien sûr il sonne. Bien sûr l’interphone ne marche pas. Bien sûr il laisse un mot pour dire que nous sommes absent (pas gentils envers les clients ça). Bien sûr il ne se pose aucune question même quand j’écris des lettres de réclamation. Et bien sûr il ne gravit pas nos 3 petits étages pour frapper à la porte.

Tant pis il faudra attendre…24h. Même si vous trouver son mot accusateur immédiatement, il faut attendre le lendemain pour récupérer le colis. Et tant pis si c’est du périssable.

Voilà pourquoi si on veut des commerçants à fond sur internet, il faut aussi que les livreurs aillent à fond et bravent tous les dangers. Pour ne pas encore citer la Corée, je signale juste que j’ai reçu par porteur un colis d’un particulier en moins de 4h à travers le pays, pour 10€…

Du côté de la porte il y a aussi de quoi innover :

  • Serrure électronique, et donc possibilité de donner sa clé temporairement à distance.
  • Interphone qui appel sur nos portables
  • Domotique, vidéo surveillance et autre mots branchés

Ces produits existent déjà mais qu’attends t-on pour nous les proposer enfin ? Et ne dites pas que les français ne savent pas en faire des choses comme ça.

Si une livraison chez vous ne convient pas pourquoi ne pas utiliser un point relais. Là aussi l’innovation n’attends que ça. Parce que le point relais obscure qui est moins ouvert que votre propre appartement ça suffit. Alors à quand un site collaboratif de garde de paquet entre habitants du même quartier ?

Enfin des sites de la Poste pour des timbres électroniques c’est bien mais pas quand on est obligé de laisser 10€ minimum en permanence et que l’accès bug toujours après 4 ans (même sous IE6), c’est moyen.

4. [Automobile] Des voitures humbles comme un chat pour sauver le tigre

Ha l’automobile ! Quel fabuleux moyen de transport. Et tellement pas cher en plus.

C’est l’ingénierie et le design réunis. Dans ce cas pourquoi aussi peu d’innovation ? Pourquoi tant de gadgets pour laisser le prix le même après toutes ces années ?

Pourquoi ne pas se pencher sur une autre manière de travaille pour commencer ? Comme Wikispeed ? L’agilité c’est pratique dans les discours mais quand on l’applique vraiment ça donne une voiture fabriqué en quelques semaines par des débutants.

Vous préférez le haut de gamme ? Il est ou notre Tesla national ? Une bonne place à prendre, courrons-y.

5. [Tourisme] Des musées ouverts et des server qui souris

La réalité augmentée. Voilà un super sujet que tout le monde adore mais pour lequel personne ne trouve d’application concrète. A part de la pub sur un paquet de céréale et des super QR-code-révolutionaires-LOL c’est pas gagné.

Pourtant il y a tout à faire. Imaginez : on vous prète une pair de lunette, ou vous téléchargez une appli. Vous vous rendez à la place de la Bastille. Un bouton à appuyer et HOP vous voyez la prise de la fameuse prison. Pas magique ça ? Et votre musée favori ? Pourquoi ne pas l’agrémenter de quelques appli bien trouvées. Pour tous les gouts.

Apparemment ça tarde aussi. Dommage, d’autres le feront avant nous.

Nous avons perdu le tourisme. Pourtant nous avons le patrimoine. Mettons le en valeur à la sauve AR !

6. [Restauration] Manger, même à 15h un lundi

Là je fais mon français paresseux et je vous propose de lire mon article sur le sujet de la restauration en France.

7. [Culture/Télévision] Des Canaux++

Ha que c’était bien Canal+ avant internet. Ha que c’est cher maintenant. Surtout quand il faut rajouter des dizaines d’euros en plus d’internet.

Alors autant le faire avec une chaine qui a des scénaristes de talents, qui produit la saison entière d’un coup et vous laisse tout regarder à la suite sans pub. Tout ça en supplément de tous les films, compatibles tout support. Je ne voudrais pas être celui chez Canal qui s’abonne à Netflix en premier…

8. [Immobilier] Allez, on arrête les blagues et s’y met ?

Chercher un appart. La bonne blague. Même si certains ont compris le besoin, on reste loin d’une vraie recherche. Un peu comme une recherche sur le net. Même mieux, avec une optimisation, une  intelligence, du big data tout ça. Pour l’instant c’est à nous de faire le boulot. Et même si on cite seloger.com comme un géant (ex français puisque allemand à présent je crois), c’est un géant un peu fainéant.

9. [Administration] L’innovation en dehors des heures d’ouverture

Le meilleur pour la fin ! Pour innover il faut entreprendre. Et pour entreprendre il faut d’abord…payer.

Que de sujets possibles pour améliorer nos chers administrations. A commencer par un acceuil via Skype ou Facetime (ou un français équivalent s’il existe).  Et pas une solution bâclée pour IE6 hein.

Peut -être aussi ne pas laisser la préfecture faire son site internet sous Word toute seule. Demandez à des gens qui connaissent Bootstrap. Cela ne peut pas faire  de mal de faire un site clair non ? Aussi un indicateur d’affluence, des boites aux lettres électroniques, des scanners sur place…

Une ou deux startup avec des bonnes connaissances dans tous les sens du terme devraient pouvoir se faufiler sur ce marché.

Conclusion

Après tout ce remu-méninge j’espère que demain le chômage aura au moins baissé de 50%. Au moins dans notre branche (ou il est “de 6 à 9% selon les sources”).

Du coup :

  1. Ce n’est pas la faute d’ Amazon, de la Corée, d‘internet ou des low cost.
  2. Ce n’est pas l’idée qui compte, ni même sa réalisation, mais la passion des gens et le service qu’ils sont prêts à rendre. Il faut aller chercher les clients un par un (littéralement)
  3. La plupart des idées ou marchés évoqués ici existent déjà ! (et encore je n’ai pas parlé des drones pour l’agriculture ou les biotechnologies)

 

playing-dead-ellie-from-ice-age-30030252-311-162

C’est d’autant plus facile de se faufiler sous les jambes d’un pachyderme pour prendre sa nourriture qu’il est en train de mourir.

Pas besoin de chercher bien loin ce qui nous sort de la panade : de la diversité et des risques. C’est parce qu’on avait tous un ADN différent que le premier virus venu ne nous tue pas (bon je ne mets pas ça entre guillemets, ça devient pompeux comme article, mais vous voyez ce que je veux dire).

Ci-après une photo et une autre métaphore idiote pour le prix de 3. C’est ça le service client après tout.

41fbdd47[1]

 

Semez des startup (jeunes pousses). Nous récolterons des géants plus tard. Mais il nous faut :

  1. De la patience (ne pas démarrer d’un coup avec des monstres administratifs voués à l’échec)
  2. Du soleil (Une vision)
  3. Un grand champ (le haut débit que la Corée a depuis 1997 par exemple, et l’après fibre pour ne pas prendre de retard sur une techno chère)
  4. De la pluie (des échecs qu’on appel tentative ou expérience)
  5. Un bon agriculteur (l’éducation !)
  6. Des nouilles aux pesto (je suis à cours de métaphore)

Bref vous l’aurez compris : l’innovation c’est pas pour demain.

Et voici la question facile du jour pour bien finir un article.

Et vous ? Quelles sont vos idées ?

Voici le nouveau jeu de la pré-rentrée : trouver des idées pour la France du futur.

Je me prête à l’exercice, cela-dit, avec moins de talent qu’Elon Musk.

Aucune de ces idées n’est déposées à l’INPI, vous pouvez y aller. Je ne vous ferais pas signer un NDA pour avoir le droit de lire cet article. En fait la plupart ne sont pas de moi.

D’ailleurs elles sont très faciles à trouver ces idées : il suffit de regarder nos ex-champions mourir. La cause de leurs maladie étant souvent le point de départ d’une nouvelle pousse.

Voici donc 9 marchés/idées pour relancer des secteurs en perdition.

 1. [Electroménager/SAV] La confiance perdue

Je ne pourrais jamais faire mieux que cet article de Laurent Chemla sur Darty.

Pour résumer : “chers vendeurs, on ne vous demande pas encore d’avoir un lave-vaisselle Wifi qui sait prévenir le SAV pour nous, mais faîtes au moins un effort quand on vous appelle ! C’est à cause de ça et des vendeurs glissant comme du savon lorsqu’on les cherche que vos magasins se vident.”

Quitte à avoir un service minimum ou inhumain, autant commander chez soi non ? Et quitte à commander chez soi, autant prendre le moins cher non ? D’où une fausse guerre des prix. Qui est en fait une absence de service.

Quant aux appareils connectés, il ne faut pas non plus tarder. Ils existent déjà chez mes amis…en Corée.

Il y a de la place pour une startup qui saura nous vendre de l’électroménager et son diagnostic à distance en cas de panne. Les gens veulent moins posséder que bénéficier du service que rendent ces objets.

Je vous échange mon lave-vaisselle contre un autre quand vous voulez, rien à faire de l’objet en lui même. D’où une belle opportunité pour la location également.

2. [Culture/Détail] Après Virgin, la Fnac ?

Tant qu’on parle d’électroménager, parlons un peu de la Fnac. Virgin a fermé, la Fnac a racheté son fichier client. Beau mouvement. Mais ce serait plutôt celui d’Amazon qu’il faudrait prendre. Ou pas.

Pourquoi ne pas réinventer la raison même de la création de la Fnac : offrir la culture pour tous. A ce propos je vous conseille de lire la proposition de mon ami Olivier.

Je ne sais même pas quel rayon va le plus subsister entre celui des aspirateurs et des DVD. Triste pour un magasin ou je passais toutes les semaines avant d’avoir le haut-débit. Et ne dites pas (trop) que c’est la faute des pirates, ou même des ex-clients.

Quelle différence entre Carrefour et la Fnac ? A côté du rayon ordinateur on trouve les livres et les DVD. Sauf que je n’ai personne à qui demander un conseil culturel chez Carrefour. Alors jouez là dessus, par sur Dyson.

Il suffit de compter le nombre de personnes de tous âges assis par terre en train de finir une BD à la Fnac pour se rendre compte qu’il y a un marché autre que celui de la possession. Attention hein, faut voir plus grand que France Loisir quand même.

3. [Livraison] Pourtant elle fait des efforts la Poste

Autre transition facile : il faut bien se les faire livrer nos objets qu’on commande sur le Net. Sauf que je ne sais pas pour vous, mais moi le facteur il ne monte pas. Bien sûr il sonne. Bien sûr l’interphone ne marche pas. Bien sûr il laisse un mot pour dire que nous sommes absent (pas gentils envers les clients ça). Bien sûr il ne se pose aucune question même quand j’écris des lettres de réclamation. Et bien sûr il ne gravit pas nos 3 petits étages pour frapper à la porte.

Tant pis il faudra attendre…24h. Même si vous trouver son mot accusateur immédiatement, il faut attendre le lendemain pour récupérer le colis. Et tant pis si c’est du périssable.

Voilà pourquoi si on veut des commerçants à fond sur internet, il faut aussi que les livreurs aillent à fond et bravent tous les dangers. Pour ne pas encore citer la Corée, je signale juste que j’ai reçu par porteur un colis d’un particulier en moins de 4h à travers le pays, pour 10€…

Du côté de la porte il y a aussi de quoi innover :

  • Serrure électronique, et donc possibilité de donner sa clé temporairement à distance.
  • Interphone qui appel sur nos portables
  • Domotique, vidéo surveillance et autre mots branchés

Ces produits existent déjà mais qu’attends t-on pour nous les proposer enfin ? Et ne dites pas que les français ne savent pas en faire des choses comme ça.

Si une livraison chez vous ne convient pas pourquoi ne pas utiliser un point relais. Là aussi l’innovation n’attends que ça. Parce que le point relais obscure qui est moins ouvert que votre propre appartement ça suffit. Alors à quand un site collaboratif de garde de paquet entre habitants du même quartier ?

Enfin des sites de la Poste pour des timbres électroniques c’est bien mais pas quand on est obligé de laisser 10€ minimum en permanence et que l’accès bug toujours après 4 ans (même sous IE6), c’est moyen.

4. [Automobile] Des voitures humbles comme un chat pour sauver le tigre

Ha l’automobile ! Quel fabuleux moyen de transport. Et tellement pas cher en plus.

C’est l’ingénierie et le design réunis. Dans ce cas pourquoi aussi peu d’innovation ? Pourquoi tant de gadgets pour laisser le prix le même après toutes ces années ?

Pourquoi ne pas se pencher sur une autre manière de travailler pour commencer ? Comme Wikispeed ? L’agilité c’est pratique dans les discours mais quand on l’applique vraiment ça donne une voiture fabriquée en quelques semaines par des débutants.

Vous préférez le haut de gamme ? Il est ou notre Tesla national ? Une bonne place à prendre, courrons-y.

5. [Tourisme] Des musées ouverts et des serveurs qui sourient

La réalité augmentée. Voilà un super sujet que tout le monde adore mais pour lequel personne ne trouve d’application concrète. A part de la pub sur un paquet de céréale et des super QR-code-révolutionaires-LOL c’est pas gagné.

Pourtant il y a tout à faire. Imaginez : on vous prète une paire de lunette, ou vous téléchargez une appli. Vous vous rendez à la place de la Bastille. Un bouton à appuyer et HOP vous voyez la prise de la fameuse prison. Pas magique ça ? Et votre musée favori ? Pourquoi ne pas l’agrémenter de quelques appli bien trouvées. Pour tous les gouts.

Apparemment ça tarde aussi. Dommage, d’autres le feront avant nous.

Nous avons perdu le tourisme. Pourtant nous avons le patrimoine. Mettons le en valeur à la sauce AR (Augmented Reality) !

6. [Restauration] Manger, même à 15h un lundi

Là je fais mon français paresseux et je vous propose de lire mon article sur le sujet de la restauration en France.

7. [Culture/Télévision] Des Canaux++

Ha que c’était bien Canal+ avant internet. Ha que c’est cher maintenant. Surtout quand il faut rajouter des dizaines d’euros en plus d’internet.

Alors autant le faire avec une chaine qui a des scénaristes de talents, qui produit la saison entière d’un coup et vous laisse tout regarder à la suite sans pub. Tout ça en supplément de tous les films, compatibles tout support. Je ne voudrais pas être celui chez Canal qui s’abonne à Netflix en premier…

8. [Immobilier] Allez, on arrête les blagues et s’y met ?

Chercher un appart. La bonne blague. Même si certains ont compris le besoin, on reste loin d’une vraie recherche. Un peu comme une recherche sur le net. Même mieux, avec une optimisation, une  intelligence, du big data tout ça. Pour l’instant c’est à nous de faire le boulot. Et même si on cite seloger.com comme un géant (ex français puisque allemand à présent je crois), c’est un géant un peu fainéant.

9. [Administration] L’innovation en dehors des heures d’ouverture

Le meilleur pour la fin ! Pour innover il faut entreprendre. Et pour entreprendre il faut d’abord…payer.

Que de sujets possibles pour améliorer nos chers administrations. A commencer par un acceuil via Skype ou Facetime (ou un français équivalent s’il existe).  Et pas une solution bâclée pour IE6 hein.

Peut -être aussi ne pas laisser la préfecture faire son site internet sous Word toute seule. Demandez à des gens qui connaissent Bootstrap. Cela ne peut pas faire  de mal de faire un site clair non ? Aussi un indicateur d’affluence, des boites aux lettres électroniques, des scanners sur place…

Une ou deux startup avec des bonnes connaissances dans tous les sens du terme devraient pouvoir se faufiler sur ce marché.

Conclusion

Après tout ce remu-méninge j’espère que demain le chômage aura au moins baissé de 50%. Au moins dans notre branche (ou il est “de 6 à 9% selon les sources”).

Du coup :

  1. Ce n’est pas la faute d’ Amazon, de la Corée, d‘internet ou des low cost.
  2. Ce n’est pas l’idée qui compte, ni même sa réalisation, mais la passion des gens et le service qu’ils sont prêts à rendre. Il faut aller chercher les clients un par un (littéralement)
  3. La plupart des idées ou marchés évoqués ici existent déjà ! (et encore je n’ai pas parlé des drones pour l’agriculture ou les biotechnologies)

 

playing-dead-ellie-from-ice-age-30030252-311-162

C’est d’autant plus facile de se faufiler sous les jambes d’un pachyderme pour prendre sa nourriture qu’il est en train de mourir.

Pas besoin de chercher bien loin ce qui nous sort de la panade : de la diversité et des risques. C’est parce qu’on avait tous un ADN différent que le premier virus venu ne nous tue pas (bon je ne mets pas ça entre guillemets, ça devient pompeux comme article, mais vous voyez ce que je veux dire).

Ci-après une photo et une autre métaphore idiote pour le prix de 3. C’est ça le service client après tout.

41fbdd47[1]

 

Semez des startup (jeunes pousses). Nous récolterons des géants plus tard. Mais il nous faut :

  1. De la patience (ne pas démarrer d’un coup avec des monstres administratifs voués à l’échec)
  2. Du soleil (Une vision)
  3. Un grand champ (le haut débit que la Corée a depuis 1997 par exemple, et l’après fibre pour ne pas prendre de retard sur une techno chère)
  4. De la pluie (des échecs qu’on appel tentative ou expérience)
  5. Un bon agriculteur (l’éducation !)
  6. Des nouilles aux pesto (je suis à cours de métaphore)

Bref vous l’aurez compris : l’innovation c’est pas pour demain.

Et voici la question facile du jour pour bien finir un article.

Et vous ? Quelles sont vos idées ?

Let’s face it, most of the articles you may read on LinkedIn are really information junk, personal-development-captain-obvious tips.

What I’m going to reveal in this article is so great you’ll have to actually click this link to discover more.

Continue reading »

Dans cette rubrique je présente 3 mots que j’aime ou déteste, que je prononce trop ou que je viens d’apprendre. Mes 3 mots du moments concernent la conception et l’architecture logicielle. Je les utilise en programmation à deux, en séance d’architecture, avant d’entamer une fonction ou durant la mêlée quotidienne.

Indirection

Souvent utilisé avec “Niveau”.

Péjoratif : “On a trop de niveaux d’indirection. Il y a trop de couches entre l’API et son implémentation. Il faut simplifier.”

Positif : “Grâce à cette façade on expose pas directement l’implémentation, on fait une indirection qui nous laisse de la souplesse.”

Délégation

Dans la même veine. Un bon moyen d’ajouter une indirection.

Surtout en Objective-C, l’héritage est vraiment une solution inconfortable. Alors on use et abuse des délégués. C’est un super moyen de passer les responsabilité aux bons objets. C’est aussi une alternative aux notifications globales. Parfois seul un délégué doit être prévenu, pas besoin de diffuser un message à tous les potentiels classes intéressées.

Amender

Toujours en Objective-C, un bon moyen de ranger le code, faciliter la maintenance et pratiquer le TDD c’est d’utiliser des Category. On amende la classe pour ajouter les méthodes sur un sujet précis (aspect présentation, persistance, etc…)

Autre contexte : dans notre pratique de SCRUM, lorsqu’un bug est trouvé sur une tâche on amende le post-it pour signaler un problème (en gros on ajouter un autre post-it qui explique le bug)

If your app is for a team of users, don’t focus on the app nor the user. Focus on not impeding their interactions. Don’t forget they don’t need your app to talk together. They are already doing it. Worst : don’t try to replace live interaction with electronic processes. It’s best for them and cheaper for you.

It was a shiny day of July, the meeting was 3 hours long. The goal ? Prioritizing, specifying and poker planning the next sprint. We made the mistake of scheduling it right after a 8 hour meeting with our key users (sort of day-long presentation/feedback of our latest monthly release). Now we were embarking on the next sprint. We were exhausted and really focused on details.

Examining story after story, we were fighting to make them all fit in the sprint. First mistake.

Second mistake : focusing too much on each story at a time. Loosing the big picture.

The third mistake needs a little back story.

Our application’s goal is to help people who already work closely together to do so with a tablet. They already talk to each other, they are trained to work together. They work this way since 1933 at least.

The user stories were about helping the team leader to distribute roles in his crew. Simple in appearance…

It’s was a nightmare of story dependencies, complex vague specifications, really expensive features.

Why ? We forgot the people the leader has to manage are physically  in the room during the use of the feature. Hence all controls, feedback, error-prone specifications we were trying to establish were useless.

Simply by TALKING to each other, the users could work together. We forgot that since the begging. Focusing more and more on the new tool we were building, we forgot the primary human tool : talking.

We saved our velocity and the project budget. But the danger is still around. Don’t forget the most basic human skills instead of trying to replace them all in one app.

If you can’t put a name on it, you don’t know what it is

Peer programming with a lead developer on an important iOS project, I discovered a plain English dictionary or a thesaurus is my best friend.

You need it to name your objects, variables, classes, services, folders, …

It’s the best way to see if you understand what you do. Concepts you will implement must have their own special vocabulary.

For example, we were looking at a name for a model object. The object had to be a pre-filling container to build a more complete report. It had to be displayed on an UI to be filled, and to be opened and transferred via an URL. So it was used both as front and backend representation.

Well, we searched a name for 2 hours.

The reason it was so difficult was that :

  • the concept was too close from another object, but different
  • the concept was vague
  • the concept had too many faces or too many responsibilities

We tried :

  • ReportExcerpt (hard to pronounce for French speakers)
  • ReportSummary
  • ReportIndex
  • ReportPrefiilingModel

We finally settled for : ReportSkeleton.

Thank you Mac OS Dictionary App 😀 (by the way it’s waaaay faster than the Internet, try it)

And it’s even more important if your are not a native english speaker. Don’t use a translator from your language to English. Search an English dictionary. You’ll win one level of vagueness and indirection of your idea.

dictionary

Naver is the most used search service in Korea. Some Koreans even have a viceral repulsion for the way Google looks and works. Here is a small comparison. [Big Thanks to my friend Dayo for making me write this small piece]

This comparison, I hope, will help answer those 3 questions :

  1. Why is Naver so used in Korea ?
  2. Why is Google not used in Korea ?
  3. Why is Naver not used outside Korea ?

Naver Most Used Features (All on the same page)

  • Web search
  • Blog and blog search
  • Maps
  • News
  • Image search (better than Google’s in the User experience, not the accuracy in my opinion)

Crowd generated content

  • Content is mostly generated by users blogging. Koreans blog about anything. I’m amazed to see my wife looking for a restaurant in Paris, on a Naver Korean Blog ! But she is right. You have more chance to find pictures (a lot, and it matters) on a Korean blog more than in the local Google search (maybe because France is not well served on the subject)
  • The pitfall is that sometimes, like with Wikipedia, the content lakes objectivity. My wife experience confronting someones error on his blog. When told the owner of the blog argued that he was right because all other Naver bloggers put the same piece of information. But they were all wrong (about a movie filming location in Italy). Even the official-looking Naver equivalent of IMDB was re-using bloggers wrong information. Very dangerous in my opinion.

Form/Appearance

  • As you may know, Hangul is 20% more compact than latin Alphabet. Hence the amount of information that can fit on a page is higher. And because they can, they do. My wife like other Koreans prefers scrolling through a long page with  a lot of info instead of having to click deeper.
  • For some Korean people I know : “Google is ugly and messy”, and “Naver is ordered and easy to read”
  • Naver is only in Korean as far as I know.

Technical / Performance

  • As a developer : this is kind of a mystery : the Naver site, like so many Korean websites, have to be IE6 compatible (because of a custom government certificate problem). Hence it is terribly inefficient  Yet the speed of the broadband connection is so high that most Korean don’t realize. But as soon as you look at the way pages are built, you discover how much bandwidth is needed every time the page reloads. Horrifying !

Advertising on Naver

  • Very disturbing and intrusive in my opinion (Especially cosmetic surgery ads)

Advertising of Naver

  • On TV, no brand is putting it’s web address on screen, instead a Naver Box appears and the brand name is filled in. This is a powerful model I think. Both part are winning. Don’t know the detail of the deal between the brand and Naver.

Habits

  • Koreans are used to it. Hard to change for a “new” player like Google. I believe Naver was first there.
  • Everybody uses it. Following the trend is also a habit in Korea.

Nationalism

  • Naver is made in Korea.

 

And you my Korean friends ? Why do you like Naver so much ?

Some big companies have centralized development R&D. But sometimes, it’s simply not working.

 

Start making developers better at choosing instead of choosing for them

 

Don’t misunderstand me (especialy you my dear colleagues who read this) : we need some kind of normalization in a company with a lot of different quality level developers. But if you focus on technological solutions you’ll risk to miss the point and make yourself useless. Especially on tight budget.

Do Less :

  1. Trying to produce One-Size-Fits-All-In-One-Inegrated-Frameworks
  2. Hiring intrusive consultants for a short term study
  3. Producing Out-of-the-real-world POCs (Proofs of Concepts)
  4. Listening to all exterior vendors that claim to have the best One-Tool-To-Rule-Them-All

Instead Start :

  1. Gathering common needs from different projects already in production or in the making
  2. Emulate innovation by offering a kind of Entreprise Github
  3. Best : go open source and participate to the real world solutions
  4. Organize as many education events as possible. It’s harder but cheaper than buying soon deprecated solutions.
  5. Create an internal StackOverflow to promote help between product departments that never speak together.
  6. Promote User Groups for both external (open source) tools and internals
  7. Look for the best practice, not the average one. For example promote and teach TDD and Continuous Integration.

What matters is not an all in one solution that will deprecate in 2 years, what matters is making the other average developers of your company better.

It’s about education, not technology. It’s not about methodologies, it’s about state of mind.